Soyez prudent suite à la propagation du coronavirus. En savoir plus

Accéder au contenu principal
MICE Tourisme et médias

Explorer l'ancienne et la nouvelle Odawara en un journée

En descendant du train à la gare JR Odawara, vous aurez l’impression que vous n'êtes plus à Tokyo - et que vous êtes dans un environnement complètement différent. Un sentiment de fraîcheur,  dont vous aviez besoin depuis longtemps et que vous n'aviez toujours pas retrouvé, vous envahit. L'air frais de la côte, le nombre relativement faible de gens (par rapport à Tokyo) et la vaste étendue de ciel - qui n’apparaît généralement qu’entre les bâtiments et les gratte-ciels. Tout ce qui vous fait penser aux vacances.

Le château d'Odawara

Lorsque vous quittez le bâtiment de la gare et tournez à droite, vous pouvez apercevoir le sommet du château d'Odawara; mais ce n’est qu’en parcourant les rues qui vous y emmènent en 10 minutes que vous pourrez le contempler dans toute sa splendeur. Ce n'est pas un château au style du château d'Édimbourg (Écosse) ou du château de Hohenzollern (Allemagne). C'est un château au sens japonais, lumineux et parfait, qui possède une structure avec un poids important dans l'histoire japonaise, en particulier pendant la période Sengoku (États en guerre) avant l'unification du Japon.
Le château d'Odawara date de 1447, mais en raison des guerres et des catastrophes naturelles au Japon, il a été reconstruit à plusieurs reprises. Plusieurs parties de sa structure étaient toujours en cours de reconstruction il y a quelques années. Ceci ne remet pas en cause sa splendeur indéniable et son importance historique. Le château que vous voyez maintenant est, depuis la première (et principale) porte Umadashi (où traditionnellement les invités ou les guerriers entraient avec leurs chevaux) jusqu’à l'entrée du château lui-même, magnifique. Les blocs de pierre de cette porte proviennent de la carrière de Hayakawa - exactement comme quelques siècles  auparavant. Les visiteurs pourront remarquer l’existence des trous incrustés dans les murs de la porte, depuis lesquels les archers attaquaient les intrus comme l'armée de Toyotomi Hideyoshi qui en 1590 a finalement pris le contrôle du pouvoir au clan Odawara Tojo qui avait utilisé le château comme forteresse pendant de nombreuses décennies.

Pour accéder au château, les visiteurs sont obligés de monter plusieurs marches, ce qui peut s'avérer compliqué pour les personnes âgées ou handicapées. Il est important de signaler que le complexe du château ne possède ni escaliers mécaniques ni ascenseurs. Pour les amateurs d'histoire, le château d'Odawara est une mine d'or, pleine de documents historiques, artefacts, informations précieuses sur l'énigmatique clan Hojo, l’histoire du château au cours des siècles et expositions d'armures et d'épées de samouraï ainsi que d'autres armes. La cerise sur le gâteau  se trouve au dernier étage du château, avec une vue imprenable sur l'océan et les montagnes. Par temps clair, les visiteurs peuvent voir aussi loin que la péninsule de Boso dans la préfecture de Chiba et aussi certaines îles d'Izu situées au large des côtes de Tokyo. C'est un château majestueux qui vaut bien une excursion d'une journée pour ceux qui veulent un peu de répit en dehors de l’agitation de Tokyo.

Le château d'Odawara est une destination idéale pour les touristes et les résidents à la recherche d'histoire et culture, séparé du centre de Tokyo par un trajet en train relativement court. Placé dans un cadre époustouflant de nature, le château est le centre de vie et l'attraction principale de la ville d'Odawara. Les habitants d'Odawara sont à juste titre fiers de leur château, de leur histoire, de leur culture et de leur cuisine. Leur château mériterait d'être connu comme un lieu à ne pas manquer pour les touristes qui sont sur le chemin ou au retour des visites des lieux voisins plus connus tels que Hakone. Un voyage au château vous placera  dans un lieu qui a joué un rôle central dans l'unification ultime du Japon. 

La forêt des pruniers Soga 

À environ 20 minutes en train de la gare JR Odawara,  avec un changement rapide à Kozu, on retrouve la ville de Shimosoga qui accueille les célèbres champs de pruniers de Soga où se retrouvent chaque année des visiteurs venus de partout pour admirer les vues florales très impressionnantes et des belles images de début de printemps.

La floraison des pruniers précède la saison du Hanami (observation de floraison des cerisiers) et montre la fascination japonaise pour les floraisons, les saisons et les festivals. Elle a lieu chaque année, de février à début mars, dans la vallée de Soga, qui est composée de trois zones: Bessho, Hara et Nakagawara. Chaque zone est exploitée par les fermes locales, Besssho étant la plus grande des trois zones. Le festival, qui compte une énorme quantité (environ 35 000) de fleurs de prunier, propose également des étals d'agrumes et de légumes, des souvenirs, ainsi qu’une vaste offre de plats locaux et populaires.

Les visiteurs auront également l'occasion de voir Yabusame (une ancienne tradition où des personnes à cheval tirent des flèches sur des cibles) et Kotobuki-Shishimai (une danse avec des personnes portant des masques de lion). Kotobuki-Shishimai est une danse pour exorciser les mauvais esprits et attirer une bonne santé et une bonne récolte pour l'année à venir. 

L’observatoire d'Enoura

Photo: Copyright - Odawara Art Foundation

À un peu plus de 20 minutes en train de Shimosoga, on rejoint la gare de Nebukawa, sur la ligne JR Tokaido. Nebukawa est une région tranquille de la préfecture de Kanagawa, mais elle abrite l'une des attractions les plus étonnantes du Japon, conçue et gérée par l'un des artistes contemporains les plus célèbres du pays, Hiroshi Sugimoto. Une navette gratuite relie la gare de Nebukawa avec le magnifique observatoire d’Enoura de Sugimoto, qui provoque beaucoup d'intérêt depuis son ouverture en 2017. 

Surplombant la magnifique baie de Sagami, le complexe Enoura a été conçu pour mettre en valeur l'essence de la culture japonaise et est devenu une destination incontournable pour les amateurs d'art et d'architecture. Situé dans l'ancien site d'une orangeraie de mandarines, Sugimoto écrit sur Enoura et la région voisine d'Odawara. «Odawara peut devenir la capitale de la communication de notre culture au monde. Le caractère unique de la culture japonaise, un héritage dont le début remonte à la période préhistorique Jomon, est basé sur l'art de vivre en harmonie avec la nature. Le peuple japonais a développé une culture unique combinant le culte d'une myriade de divinités et esprits du royaume naturel. Dans le monde sombre d'aujourd'hui inondé de matérialisme et consommation effrénée, alors qu'une grande partie de cette splendeur naturelle a été détruite, il est temps de relancer ces anciennes traditions japonaises,  dont nous avons le plus besoin. "

Avec des vues panoramiques s'étendant sur la péninsule de Boso, dans la préfecture de Chiba et l'île d'Oshima, l'observatoire d'Enoura vise à être un phare de l'art et de la culture et se compose d'un espace galerie, d'une scène de théâtre Noh, d'une salle de cérémonie du thé, de jardins et espace de bureaux. Ce sera sans doute une belle façon de passer quelques heures au bord de la mer et de s'immerger dans la culture et les traditions japonaises qui perdurent depuis des siècles. 

Partager

Destinations associées

Château d'Odawara

Château d'Odawara

Zone Ouest
La forêt des pruniers de Soga

La forêt des pruniers de Soga

Zone Ouest
Enoura Observatory

Enoura Observatory

Zone Ouest